nos vins

Une vinification de vins bios mono-cépage sans oublier le Perlan, appellation cantonale relancée par Daniel Brenner.

Cépages visés : Gamay, Pinot noir, Chasselas

Une attention particulière pour des cuvées sans sulfites ajoutés, avec départs en fermentation spontanées et des taux d’alcool visés max. 12,5%vol.

Les vins, idéalement, ne seront ni filtrés, ni collés, laissés le plus longtemps sur lies fines.

Nous allons nous lancer également dans l’élevage en cuve d’argile, type Clayver. Ce sont des cuves en grès fabriquées à Vado en Ligurie. Nous avons reçu 2 cuves de 250 litres en septembre 2018.

Les bouteilles auront le type bourguignon, bouché liège ou synthétique, le débat…

Les vins rouges seront embouteillés avec du gaz carbonique encore présent (protection contre l’oxydation).

Pour le millésime 2018, les raisins ont été cultivés selon les principes de l’agriculture biologique par Lionel Dugerdil, viticulteur du Domaine  “le Clos du Château” (Choully). La vendange a été achetée selon le coût de production rémunérateur, soit 4.50frs/kilo pour le Gamay et le Chasselas, 5frs/kilo pour le Pinot noir.

En tout, 4000 kilos de raisins ont été achetés pour donner 2000 litres de vins en cuves.

Les vendanges 2018 ont donné des raisins concentrés en sucres et avec peu de jus. La moyenne mesurée en teneurs en sucres a été de 100°Oe pour les cépages rouges. Cela donne un équivalent de 15%vol pour la teneur en alcool.

Au niveau qualitatif, nous retrouvons l’excellent travail du viticulteur dans le verre…Complexité, typicité et bonne maturité des tannins.

L’évolution des raisins à la vigne a pu être suivie régulièrement sur les parcelles attribuées à la Cave du Rouge-Gorge. Cela nous a permis de prélever des grappes avant vendanges et d’élaborer ainsi des pieds de cuves, dans le but de sélectionner les plus intéressants. Par la suite, la vendange a été ensemencé avec un levain propre à la parcelle.

Les dynamiques de fermentation sont régulières mais plus lentes qu’avec des levures sélectionnées.

 

 

 

 

Une petite vidéo sympa que m’a envoyé Laure Thévenin, rencontrée cet hiver au salon Agrovina 2018 à Martigny.